En France

Chris à Nice !

Ok, j’avoue le titre est nul, mais on a déliré pendant les 2 jours où on y était sur le fait de changer le nom du blog, pour 48 heures et le renommer comme ça. Du coup, ce titre s’impose (et pis c’est tout) !

Nice, Côte d’Azur, début août, 2 copines qui s’enfuient pour 48 heures. Au programme, des fous rires, des restos, de la plage et du shopping. Une petite bulle d’air (sans mari, sans enfant, sans horaire) au milieu d’un été hyper chargé (et merveilleux). J’ai pas hésité longtemps, on a booké à peine 3 semaines avant et on n’a pas regretté !

Pour voyager, on a pris Easyjet : CHF 80.- l’aller-retour (avec une valise en soute). Attention les règles on changé et les bagages à main autorisés sont devenus microscopiques. 45 minutes de vol entre Genève et Nice, puis 20mn en taxi (ou en Uber) pour un montant qui peut varier entre 15 et 30€. Il y aussi l’option du tram (L2 – 30mn) pour moins de 2€ (et on peut même acheter son billet en ligne sur l’app “Nice ticket”).

Sur place, nous avons : pris l’apéro, mangé, chiller à la plage, dormi dans un charmant petit hôtel hyper bien situé dans le vieux Nice, fait du shopping et profité jusqu’à la dernière minutes de ces 2 jours d’escapade.

Où dormir :

Palm Hotel Nice : chambres hyper choues, accueil sympa. Nous n’avons pas pris de petit-déjeuner, donc pas d’avis là-dessus. L’emplacement est top et le prix correct (200€ la chambre double avec terrasse, en plein mois d’août).

La plage :

Amour à la plage : Super service, super carte, transat (y compris parasol et serviette) facturé 30€ la journée. J’ai adoré le carpaccio de daurade en plat le midi et le personnel était aux petits soins !

Ruhl plage : On a été super bien accueillies à l’arrivée et c’est une des plages les plus proches de l’hôtel. Donc idéal pour y aller quelques heures avant de retourner à l’aéroport. Dès 15h, les transats sont facturés 17€. On y a pas mangé, mais vu le nombre de personnes qui se pressaient pour y venir, je suppose que la table est bonne !

La majorité les plages payantes de Nice proposent des vestiaires et des douches. Idéal si on veut profiter de la plage jusqu’à la fin de la journée avant de sauter dans le taxi pour l’aéroport !

Restos :

Le Safari : Au centre du Cours Saleya, le restaurant à ne pas louper pour manger des plats typiques du coin : Bagna-caouda, farcis niçois, frito misto…. les quantités sont gargantuesques et, malgré que l’endroit soit hyper touristique, on a eu un accueil vraiment chaleureux et sympathique. Je recommande !

Bocca : Mon coup de coeur du séjour ! Un roof-top au centre du vieux-Nice, une déco à tomber par terre (le passage aux toilettes est OBLIGATOIRE), des plats à partager, une vaisselle recherchée, du goût, des saveurs et des cocktails. Bref, j’y retournerai les yeux fermés ! Pensez à réserver, l’endroit est (très) prisé 🙂

Shopping :

Deux options s’offraient à nous : rester dans le centre de Nice (ce qui nous permettait de refaire un saut à la plage avant de repartir) ou sortir de Nice. Finalement, nous avons retenu la première option et avons dévalisé les magasins (et boutiques) de l’Avenue Jean-Médecin. L’alternative aurait été de filer à Polygone Riviera (un centre commercial majestueux que j’aimerais bien voir une fois !). Next time !

Les petits plus :

La majorité des restaurants servent jusqu’à 23 heures. En prenant le vol de 19h15 à Genève, nous étions sur une terrasse du cours Saleya à 22h pour manger. Le pieds !

Pour le ptit dej, on a profité des jolies terrasses autour de l’hôtel pour un (parfait) café-croissant. J’adore !

Concernant le COVID, je vous laisserai aller vous renseigner. Au moment où nous y étions, un pass sanitaire était exigé pour accéder aux restaurants (y compris terrasses) ainsi que pour voyager (vaccin ou test de moins de 24h).

En résumé, 48 heures pour déconnecter, la mer à moins d’une heure d’avion, du dépaysement, du soleil, de bons petits plats – la pause idéale de mon été !

Paske les bons plans, ça se partage 🙂

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *